Les “dark patterns”, le côté obscur du web

Une option payante ajoutée en fin de commande, un bouton "accepter" mis en évidence, un message culpabilisant lorsque vous refusez une réduction, un abonnement en trois clics mais un désabonnement impossible... Bienvenue dans le piège des "dark patterns". Ces techniques manipulatrices influencent votre comportement et vous incitent à cliquer, acheter, vous abonner ou fournir des données personnelles. Comment les repérer ? Comment ne pas tomber dans le piège ? Si elles ne sont pas illégales, comment sont-elles réglementées en Europe ? Explications avec le Centre Européen des Consommateurs (CEC) France.

Comment certains sites vous incitent à acheter ou vous abonner

Vous surfiez sur Internet pour comparer les prix des hôtels mais comme il ne restait "plus que 3 chambres d'hôtel disponibles à ce prix", vous avez préféré réserver immédiatement. Vous vouliez commander qu'un seul produit mais "pour seulement quelques euros de plus", la livraison était "gratuite", alors vous en avez acheté deux. Lors d'une réservation d'un billet d'avion, vous avez cliqué sur le prix mis en évidence mais depuis, vous êtes prélevés tous les mois pour un abonnement "avantage".

De nombreux sites, applications, réseaux sociaux ou moteurs de recherche utilisent des éléments graphiques (couleur, taille des boutons...) ou des procédés techniques ou psychologiques pour vous pousser à acheter, cliquer, vous abonner ou fournir vos données personnelles contre votre gré. 

Plus d'informations et d'exemples dans notre article Comment certains sites vous manipulent

Conseils pour ne pas tomber dans le piège des "dark patterns"

  • Ne vous laissez pas intimider par des messages accrocheurs comme "plus que 3 articles en stock" ou "dernières places disponibles". 
  • Avant de confirmer l'achat, vérifiez votre panier, supprimez les articles/options/services non souhaités. 
  • Lisez toujours attentivement les cases à cocher, les options et les conditions générales de vente sur le site.
  • N'oubliez pas que vous disposez peut-être d'un droit de rétractation et donc de 14 jours pour changer d'avis.

Vers une réglementation en Europe

Actuellement, il n'existe pas de définition, ni de législation européenne encadrant les "dark patterns". Il n’empêche, ces techniques manipulatrices sont parfois contraires à plusieurs directives ou règlements européens relatifs au droit de la concurrence, au droit des consommateurs, à la protection des données ou à l'intelligence artificielle.

"Certaines techniques peuvent être considérées comme des pratiques commerciales déloyales. C’est par exemple le cas si un site affiche une livraison gratuite mais qu’elle vous est facturée dans le prix final, ou encore, si un site affiche des prix très attractifs pour des produits qui ne sont pas en stock " précise Bianca Schulz, responsable du CEC France.

Mais dans son « étude comportementale sur les pratiques commerciales déloyales dans l'environnement numérique » publiée le 16 mai dernier, la Commission européenne entend réguler davantage ces pratiques. Elle propose notamment d’interdire les pratiques les plus préjudiciables pour les consommateurs, d’imposer aux professionnels une obligation de conception, de design équitable ou neutre et d’élaborer des lignes directrices et des exemples pratiques pour les entreprises et les concepteurs.

La loi sur les services numériques (DSA) et la loi sur les marchés numériques (DMA), adoptées ces derniers mois, prévoient également de limiter les plateformes en ligne dans leur utilisation de ces techniques trompeuses et manipulatrices.