Véhicule de tourisme avec chauffeur

En vacances dans une grande ville en France, vous pourriez être tenté de faire appel à un véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC) pour vos déplacements.

Mise à jour : Fév. 2018

Un véhicule de tourisme est souvent une voiture de standing avec un chauffeur à votre disposition. Ces véhicules ne sont pas reconnaissables dans la rue, ne comportant pas de signe distinctif, tel les enseignes lumineuses des taxis par exemple. Cela s’explique notamment par le fait que les VTC ne peuvent prendre en charge un client que si leur conducteur peut justifier d'une réservation préalable. Ainsi les VTC ne pourraient trouver leur clientèle en stationnant, circulant sur la voie publique ou à l’abord des gares et aérogares.

Comment faire appel à un véhicule de tourisme avec chauffeur ?

Ainsi, votre course se fait sur réservation via le site internet d’une entreprise de VTC ou via une application sur votre smartphone, contenant un service de géolocalisation. ces applications sont souvent uniquement disponibles pour les grandes villes.

Le VTC n’est pas équipé d’un taximètre, le prix de la course étant communiqué dès la réservation. L’avantage est qu’aucune modification de prix ne sera possible en cas d’embouteillage ou d’accident par exemple. Ce service reste cependant bien souvent plus cher qu’un taxi. Les VTC ne peuvent emprunter les couloirs réservés aux taxis.

Réduction du nombre de chauffeurs en 2018

Depuis l’application de la loi Grandguillaume le 1er janvier 2018, la carte professionnelle est désormais obligatoire pour exercer en tant que VTC en France. Jusqu’ici, les chauffeurs VTC pouvaient exercer avec leur licence Loti (qui s’applique pour les conducteurs de vans de 7 personnes et plus). Il faut aujourd’hui qu’ils obtiennent une équivalence ou passent l’examen pour devenir chauffeur de VTC.