Le piège des abonnements cachés sur internet

Une publicité sur Internet ou les réseaux sociaux vous vante les bienfaits d'un produit de beauté à l'essai, vous propose un échantillon gratuit ou même un Smartphone à 1 €... ? Soyez vigilant !

Mise à jour : juin 2017

Le piège des abonnements cachés

Le mode opératoire est souvent le même : une publicité sur Internet, un réseau social, un sondage ou uns fenêtre « pop-up » propose de vous envoyer un cadeau gratuitement ou à 1€, un échantillon, etc. Seuls les frais de port sont à votre charge, s’élevant généralement de 4 à 5€. Pourtant quelques semaines plus tard, vous découvrez que votre compte bancaire a été débité d’une somme bien plus importante que celle annoncée lors de la commande. Sans vous en rendre compte, vous avez souscrit à un abonnement auprès d’un professionnel établi dans un autre Etat membre de l’UE, dont le coût peut atteindre plusieurs dizaines, voire centaines d’euros par mois. En vous renseignant, vous constatez qu’en acceptant l’offre, vous avez souscrit à un abonnement payant. Vous ne l’aviez pas remarqué au moment de souscrire à l’offre, qui peut vous avoir été proposée par le biais d’une discrète case dite « pré-cochée ».

Difficile d'identifier les sociétés à l'origine des abonnements cachés

Ces sociétés se présentent souvent sous différents noms avec des adresses internet qui varient tant par leur dénomination que par les coordonnées présentées sur les différents sites d’enregistrement. Par ailleurs, elles présentent souvent des adresses physiques aux Etats-Unis avec des adresses postales au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas ainsi que des numéros de téléphone et adresses mail britanniques ou hollandais.

La résolution amiable des litiges avec certaines de ces sociétés qui présentent une adresse au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas, par l’intermédiaire de nos collègues du CEC Royaume-Uni ou Pays-Bas, n’a pas pu être possible du fait que dans la quasi-totalité des cas, l’adresse mentionnée est fausse ou comme énoncé auparavant, il s’agit d’une simple boîte aux lettres.

Comment éviter le piège des abonnements cachés ?

  • Méfiez-vous des publicités ou des sondages sur Internet et sur les réseaux sociaux qui proposent de vous envoyer un cadeau gratuitement ou un échantillon à 1€ avec pour seule demande le paiement des frais de livraison de 4 à 5 €.

  • Lorsqu’une fenêtre pop-up apparaît sur votre écran, ne cliquez pas sur les boutons qui vous sont proposés : votre clic pouvant signifier votre consentement à un abonnement payant.

  • Si vous souscrivez à l’offre, vérifiez qu’aucune case n’est pré-cochée (abonnement mensuel...).

  • Lisez attentivement les conditions générales de vente sur le site pour voir s’il ne cache pas un abonnement et gardez-en une copie.

  • Assurez-vous du sérieux du site en vérifiant que le nom de la société et de son gérant ainsi que leurs coordonnées apparaissent dans les mentions légales du site.
  • Vérifiez l’adresse postale sur des moteurs de recherche et consultez d’autres sites et forum.

Comment résilier un abonnement caché ? 

  • Envoyez à la société une lettre recommandée avec accusé de réception pour contester la validité de l’abonnement, exiger son annulation et demander l’annulation de toute nouvelle livraison ainsi que le remboursement des sommes versées.
  • Renvoyez tous les colis en votre possession, excepté l’échantillon, à l’adresse précisée ultérieurement par la société ou mentionnée sur le site internet.
  • Faites opposition à l’abonnement en contactant votre banque. Vérifiez auprès de votre établissement bancaire ou l‘émetteur de votre carte bancaire si vous pouvez bénéficier de la procédure de « chargeback », qui vous permet d’obtenir le remboursement directement par votre banque.

En cas de litige avec un professionnel basé dans l’UE, en Islande ou en Norvège, n’hésitez pas à contacter gratuitement le Centre Européen des Consommateurs France.